[./paraguay_avenir_economique.html]
[./paraguay_asuncion.html]
[./paraguay.html]
[./paraguay_pays_de_la_liberte.html]
[./paraguay_generalites.html]
[./paraguay_generalites_region_orientale.html]
[./proprietes_boqueron.html]
[./paraguay_generalites_bas_chaco.html]
[./proprietes_alto_paraguay.html]
[./paraguay_generalites_region_orientale.html]
[./paraguay_generalites_haut_chaco.html]
[./proprietes_misiones.html]
[./guaratuba_ref_1.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
.
.
.
.
.
Retour à
.
.
.
.
Super marché
Barrage d’Itaipu
Pont Remanso reliant
le Chaco à
Asunción
Les deux richesses actuelles sont :

·     L'élevage : Se pratique dans tout le pays. C’est le commerce de tous les Paraguayens riches et puissants. Il n’y a pratiquement pas d’homme de pouvoir (politique, commercial ou industriel) qui n’ait son estancia. Le Président de la République sortant n’était pas du tout de la partie avant son arrivée au pouvoir et il possède maintenant 3 magnifiques estancias dans le Chaco.
Il y a 113.000 éleveurs qui exploitent 26 millions d’hectares et donnent du travail à 279.000 personnes au total.

Dans la
Région Orientale où les surfaces d’exploitation sont plus petites, les pâturages sont encore principalement naturels mais la tendance est à plus de pâturages artificiels, notamment le Pasto Colonial qui, bien géré, permet de nourrir 4 bêtes par hectare une bonne partie de l’année.
C’est la zone privilégiée pour l’engraissement bien que les frais vétérinaires y soient plus importants à cause des carences minérales du sol et des parasites (tiques, uras, etc....). Il est nécessaire d’installer des bains d’immersion et d’y passer le troupeau 2 fois par an. Egalement il faut supplémenter en sel.

Dans la
Région Occidentale ou Chaco, vaste plaine fertile propice à l’élevage extensif, les propriétés sont en principe plus vastes et il n’y a pas tous ces problèmes sanitaires. Plus on monte vers le Nord (Département du Boqueron), moins il est nécessaire de prodiguer des soins sanitaires. Pas de supplémentation car la terre est très riche en minéraux. Frais vétérinaires réduits au strict minimum.  
C’est la zone par excellence des élevages de naisseurs et naisseurs engraisseurs. Mais on peut bien sur y pratiquer l’engraissement. Les Pastos artificiels comme le Brizantha, l’Estrella, le Pangola ou le Gatton Panic peuvent nourrir 2 bêtes par hectare toute l’année si bien gérés. Le Pasto Clavel, pâturage naturel du Bas Chaco et d’une partie du Alto Paraguay est excellent, très résistant et peut nourrir sans problème une bête par hectare toute l’année avec un minimum de bonne gestion.

L’idéal est d’engraisser les animaux jusqu’à 400 Kg vifs car c’est le meilleur rapport prise de poids / prix. On peut bien sur aller jusqu’à
500 Kg ou plus mais ce n’est plus aussi rentable.
Depuis très peu de temps, le Paraguay a reçu l'accord HILTON qui lui permettra d'exporter sa viande à la communauté européenne à des taux très intéressants. C'est excellent à moyen terme.
Les exportations de viande ont doublées entre 2005  et 2006 et ont augmentées de 40% en 2007 et encore en 2008.
Elles ont généré 240 Millions US$ en 2005, 400 Millions US$ en 2006 et 370 Millions US$ en 2007 alors qu’elles n’étaient que de
57 Millions US$ en 2003.
La viande paraguayenne cotise chaque année plus sur le marché international. La tonne de viande était à 960 US$ en 2003, à 1.430 US$ en 2004, 1.900 US$ en 2005 et est maintenant à 2.357 US$ en 2006 et 3.358 US$ en 2007.

·     L'agriculture : essentiellement dans la Région Orientale et chez les Mennonites.
Une partie importante du PIB national.
1ère richesse le soja, principalement sur les très grandes exploitations du Sud gagne maintenant d'autres régions, en particulier dans le
Misiones (dans le Chaco des essais semblent concluants, à suivre).
La culture du soja génère 600 Millions de US$ de revenus à l’export chaque année.
Possibilité dans certaines régions de faire les premières années après le déboisement jusqu’à 3 récoltes sur la même terre : soja puis maïs et enfin blé.
Depuis peu, nouvelle richesse avec la culture du riz. La productivité et la rentabilité paraissent excellentes.
Sur les plus petites exploitations, le coton, le blé, le maïs, le sésame, le tabac, le maté, le café, la canne à sucre et maintenant tous les fruits et légumes grâce aux aides techniques et financières des Japonais.

Les prochaines richesses :

·     Itaipu : Le plus grand barrage du monde après le tout nouveau chinois. 6 fois Assouan.
Situé sur le fleuve Parana dont le débit est de 9.000 m3/seconde, il fera du Paraguay le premier exportateur mondial d'électricité.
18 turbines produisent déjà 67 à 78 Millions de MWh.
Les rentrées en devises d'Itaipu couvrent 1/3 du budget national et en couvriront bientôt plus de la moitié. Le nouveau gouvernement entend renegocier avec le Brésil et l’Argentine le prix d’achat par KWh. S’il y parvient ce sera le jackpot pour le pays.
.     Yacireta : En fin de construction en collaboration avec l'Argentine et
·     Corpus, pas encore commencé, viendront renforcer cet énorme potentiel du boom de l'hydroélectrique.

Les autres richesses à développer sont :

·     Probabilité de pétrole et de gaz dans le Chaco. Découverte récente de gisements dans le Haut Boqueron.
·    
Exploitation des minerais, pour l'instant encore très marginal, mais promis à un bel avenir.
·     Développement des
industries agroalimentaires et de transformation.
·    
Mise en valeur et exploitation de la forêt : Bois aux essences très riches (Palo Santo, Palo Blanco, Cedro, Quebracho, Coronillo, Lapacho, Guatambu, etc,) et charbon de bois.
·     Des études très sérieuses sont faites pour remplacer les carburants classiques par
l'énergie agricole (Biocombustibles à partir de canne à sucre, de manioc ou de nombreuses autres cultures).
·    
Le tourisme, quoique le pays soit très beau, reste limité et peu développé (chutes de Yguazu, croisière sur le fleuve Paraguay) presque inexistant pour l'instant mais promis à un bel avenir, principalement le tourisme rural (dans de nombreuses estancias), fluvial (Parana et Paraguay), les safaris photos, les organisations de chasses, de pêches ou de raids aventures (un paradis pour des Européens).

Par contre, le Paraguay étant situé au centre de l'Amérique du Sud, il est très facile de visiter de magnifiques contrées comme le
Brésil, le Chili, l'Argentine, la Bolivie ou le Pérou.

Toutes ces richesses existantes ou à développer, son peu de population, ses immenses étendues encore vierges, sa stabilité politique et
sociale, sa vie quotidienne plus que relax, font et feront du Paraguay un
pays propice à l'investissement et très agréable à vivre.

Tout ceci nous fait mieux comprendre l'attrait que ce pays exerce actuellement sur les investisseurs mondiaux : Brésiliens, Japonais, Coréens, Chinois, Nord-Américains et bien sur Européens (Allemands, Autrichiens, Suisses et Français) de plus en plus nombreux.