[./exploitation_elevage.html]
[./exploitation_elevage_rentabilite.html]
[./exploitation_elevage_fonctionnement.html]
[./exploitation_elevage_systeme_voisin.html]
[./exploitation_elevage_ferias.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
.
.
.
Retour à
.
.
.
.
_________________________
Engraissement
Femelles et mâles
de la race Brangus
Bovins au pâturage
Vache qui vient de véler
Veaux chez un naisseur
.
Nelore et son veau
1) La meilleure formule compte tenu de l'environnement actuel est l'engraissement :

La rentabilité de l'affaire réside dans (selon les régions) :

1.     La différence entre le prix d'achat au Kg des génisses ou des novillos et le prix de vente des vaches adultes. Quelque soit le prix d'achat par Kg, il sera toujours inférieur au prix de vente par Kg.
2.     La prise de poids pendant l'engraissement (au moins 150 Kg/an).
3.     Très peu d'impôts, peu de frais généraux et risques d'exploitation pratiquement inexistants.

La gestion :

Acheter le nombre de génisses (de préférence aux mâles car moins de concurrence à l’achat) que l’on a la possibilité de charger sur la propriété (en plusieurs fois bien sur) en Ferias d'engraissement (invernada) ou mieux directement chez les producteurs. Au début, il peut être intéressant de passer par un acheteur professionnel. Les emmener à l'estancia et les vacciner.
Ensuite surveillance journalière du troupeau sous la conduite du personnel vivant sur place (capataz et péones).
Vacciner 2 autres fois dans l'année et simplement surveiller et contrôler les animaux et les clôtures presque quotidiennement.
Selon les régions, les pâturages et les conditions climatiques, revendre les vaches au bout d'un an environ (avec le même échelonnement qu'à l'achat) à des bouchers en Feria.
La vente des animaux ne pause aucun problème, dès qu'ils atteignent environ 400 Kg, on les charge dans un camion transporteur (transganado de 40 animaux adultes) qui les emmène aux portes d'Asunción où elles seront vendues aux enchères.
Le paiement se fait au bout de 8 à 15 jours maximum, sécurisé par les gestionnaires de la Feria.

La garantie d'une bonne rentabilité :

Depuis très peu de temps le Paraguay a obtenu l'accord HILTON qui l'autorisera à vendre sa viande à la communauté européenne (entre autre) avec des taux douaniers très intéressants.
Depuis toujours, le cours de la viande est soumis à des cycles (comme tous les produits). Après la crise financière qu’a traversé l'Amérique Latine dans son ensemble dans les années 2.000, les prix sont actuellement en milieu-haut de cycle. Il est possible que la crise financière de cette automne fasse baisser les prix provisoirement, mais la terre entière aura toujours besoin de manger et les pays qui deviennent riches accèderont à la consommation de la viande, chose inconnue pour l'instant.
Cela n'est pas très important car nous gagnons essentiellement sur la différence entre la viande jeune maigre et la viande adulte grasse.
Le bénéfice est et sera toujours important.

2) L’autre formule est l’élevage classique façon naisseur-engraisseur :

Beaucoup plus intéressant sur un plan professionnel, mais il faut attendre au minimum 3 ans avant de revendre les premiers animaux produits sur la propriété.
En effet il faut acheter des vaches reproductrices (et des taureaux bien sur) et attendre 9 mois pour le vélage.
Ensuite, selon les régions et les pâturages, attendre 2 ans environ pour que les veaux atteignent 400 Kg.
Par contre, vous pouvez faire un travail passionnant de sélection et de gestion du troupeau (insémination artificielle, etc....).

La gestion :

En moyenne 1 taureau pour 25 à 30 vaches.
80 à 90% de naissances pour un cheptel bien dirigé.
Normalement et selon les régions, monte des taureaux pendant 4 mois (2 cycles de 2 mois). Ensuite séparer les taureaux des vaches.
A la naissance, signaler les veaux (à l’oreille) et injection de 1 ml d’Ivomec.
A 6 ou 7 mois, séparer les veaux de leurs mères (desmamante), les marquer de la marque du propriétaire et commencer leur engraissement qui durera de 12 à 18 mois selon les régions.
Pratiquer les différentes vaccinations.
Chaque vache doit donner naissance à un veau par an.


3) La dernière formule (très en vogue dans certaines régions) est l’élevage façon naisseur :

Les mêmes opérations que dans la version précédente, mais à 6 ou 7 mois, lors de la séparation (desmamante) du veau de la mère, on le vend sans attendre de l’engraisser. C’est un engraisseur qui s’en chargera. Les veaux font à cet âge entre 170 et 250 Kg selon les races et les régions.
Dans cette formule, il est indispensable d’avoir des vaches de bonne qualité pour avoir des veaux qui arriveront plus gros au desmamante.
La vente est très facile, soit en Ferias, soit directement aux éleveurs engraisseurs.
Tous les ans, en théorie, la totalité du cheptel veaux est vendue, ce qui permet de charger davantage le cheptel vaches que dans la formule précédente.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il faut pratiquer un élevage semi-intensif, c'est à dire à la paraguayenne, mais avec des améliorations (rotations de pâturages, soins réguliers aux animaux, insémination artificielle, surveillance des troupeaux, marquage systématique des jeunes veaux, clôtures électriques, etc...).
La base Zébu (Nelore ou Brahman) est indispensable dans un pays tropical comme le Paraguay.
C'est une race très fertile et très résistante. Elle a la meilleure adaptation aux conditions locales.
Les gains de poids sont très rapides (pour un pays tropical) et le rendement de la viande est de 57 à 63%.